Alexandre Dumas, Herminie
     

Alexandre Dumas, Herminie

« Un matin du mois de septembre 184., un jeune homme suivait une de ces rues désertes du faubourg Saint-Germain qui semblent si bien faites pour le recueillement et le travail, en regardant au-dessus de chaque porte s’il n’y avait pas l’écriteau traditionnel dont voici généralement le texte et l’orthographe :

PETIT APPARTEMENT DE GARÇON
A LOUER POUR LE TERME
S’adressé au concierge

Ces derniers mots, on le sait, sont souvent de la main du portier ; c’est pour cela qu’on y trouve ces irrégularités qui dénotent chez ce digne homme, toujours fier de son éducation, une façon bizarre d’interpréter la langue.
Il est vrai, que, si vous entrez, vous vous apercevez qu’il la parle encore plus mal qu’il ne l’écrit, ce n’est qu’une bien faible compensation. »


Alexandre Dumas, Herminie, éd. Galaade, coll. Il était une fois, 2010